Découvrez l'équipe du Comité des fêtes!

Le Comité des Fêtes de Carcans fête ses 30 ans en 2017.

 

Venez nous rejoindre....

Pour adhérer, écrivez nous!

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.


Bénévole selon le Dictionnaire du Superflu

petit dictionnaire du superflu (suite)

 

 

bénévole : le bénévole (du latin : activus benevolus) est un mammifère bipède qu'on rencontre surtout dans les associations où il peut se réunir avec ses congénères ; les bénévoles se rassemblent à un signal mystérieux appelé "convocation".

 

On les rencontre aussi en petits groupes dans divers endroits, quelquefois tard le soir, l’œil hagard, le cheveu en bataille et le teint blafard, discutant ferme sur la meilleure façon d'animer une manifestation ou de faire des recettes supplémentaires pour boucler un budget.

 

Le téléphone est un appareil qui est beaucoup utilisé par le bénévole et qui lui prend beaucoup de son temps, mais cet instrument lui permet de régler les petits problèmes qui se posent au jour le jour.

 

L'ennemi héréditaire du bénévole est le "Yaqua" (nom populaire) dont les origines n'ont pu être à ce jour déterminées ; le "Yaqua" est aussi un mammifère bipède, mais qui se caractérise surtout par un cerveau très petit qui ne lui permet de connaître que deux mots "YA" "QU'A", ce qui explique son nom.

 

Le "YAQUA" bien abrité dans la cité anonyme, attend.

 

Il attend le moment où le bénévole fera un erreur, un oubli, pour bondir et lancer son venin qui atteindra son adversaire et provoquera chez lui une très grave maladie, le découragement.

 

Les 1ers symptômes de cette implacable maladie sont visibles rapidement :

 

- Absences de plus en plus fréquentes aux réunions,

- Intérêt croissant pour son jardin,

- Sourire attendri devant une canne à pêche

et attrait de plus en plus vif qu'exercent un bon fauteuil et la TV sur le sujet atteint.

 

Les bénévoles décimés par le découragement risquent de disparaître et il n'est pas impossible que, dans quelques années, on rencontre cette espèce uniquement dans les zoos où, comme tous ces malheureux animaux enfermés, ils n'arrivent plus à se reproduire.

 

Les "YAQUA" avec leurs petits cerveaux et leurs grandes langues, viendront leur lancer des cacahuètes pour tromper l'ennui, ils se rappelleront avec nostalgie du passé pas si lointain où le bénévole abondait et où on pouvait les traquer sans contrainte.

 

contribuable : pourquoi contribuables, alors que tribuables aurait largement suffi, ce qui entraînerait de sidérables économies dans les écritures et sur tous les imprimés ministériels, dans un monde aux prises avec la currence, la sommation, les tributions, le trôle, les traintes, les cessions, la certation, la stitution, voire le traceptif et la sternation. Jonathan Suite (le pot aux roses)

 

luxe : il faut en finir avec un certain nombre d’absurdités désuètes en période de grande abondance. Je pense à celle qui fait taxer plus fort les produits de luxe. C’est une manière d’en interdire l’accès aux plus pauvres, ce qui entretient une lutte de classes superfétatoire. Priver les pauvres d’un sac Hermès ou d’une robe Chanel est un comble d’injustice sociale. Une ouvrière peut avoir le droit et la liberté de se priver de pommes de terre pour se procurer ces marchandises durables. Jonathan Suite (le pot aux roses)

 

le polyvalent appartenait à l’ordre des budgétivores, classe des négociophages, ordre des gallinacés, famille poulaga, genre flicard de l’espèce fiscale que l’on pouvait subdiviser dans la variété fureteuse. Le polyvalent se caractérisait par une tête neutre surmontée d’un feutre mou ; son pelage était de gabardine douteuse. Son aspect anodin cachait une volonté tenace, un flair très développé qui le poussait à découvrir la déclaration d’impôts délictueuse ou la fraude la plus minime. D’ une grande opiniâtreté, il pourchassait sans trêve son gibier préféré, à savoir : commerçant du genre petit et artisan isolé. C’était un animal d’une espèce très dangereuse pour cette catégorie de citoyens paisibles par définition et par métier. Pierre Vouland (la pipe-line)

 

sexualité : Le pape procède directement du Christ et de saint Pierre. Écrasante légitimité ! Il ne parle ni ne décide en son nom, ni même en celui de l’Eglise d’ aujourd’hui, mais en tant que pontife de toujours ; deux millénaires de papauté s’expriment par sa voix, comment les fidèles contesteraient-ils son autorité ? Dans le pire des cas, ils oublieront les condamnations du

 Saint-Père et lui désobéiront comme des fils coupables feignant de n’avoir pas saisi un ordre auquel ils n’entendent ni se conformer ni s’opposer ; Toute la chrétienté vit désormais sa sexualité à contre-courant des encycliques sans pour autant se révolter contre des directives qu’elle refuse. On ne peut rien contre le successeur de Pierre, rien que se réfugier dans le silence du péché.

 

François de Closets (La Grande Manip)

 

société : A longueur de journée, à longueur de rue, les spots, les slogans, les vitrines et les affiches nous le rappellent ; nos cités font office de « pompes à fric » pour vider porte-monnaie et comptes en banque. Cela s’appelle la société de consommation et même société de crédit.

 

François de Closets (La Grande Manip)